Actualites

  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2017
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2016
  • 2015
  • 2015
  • 2015
  • 2015
  • 2015
  • 2015
  • 2015
  • 2014
  • 2014
  • 2014
  • 2014
  • 2014
  • 2014
  • Toutes les actualités|
  • Évènements |
  • La France Mutualiste |

Emmanuel Macron et l'assurance vie

# La France Mutualiste

EMMANUEL MACRON

Ses intentions en matière d’assurance-vie, de retraite, d’impôt sur le revenu

Dimanche 7 mai 2017, Emmanuel Macron a été élu nouveau Président de la République Française.

Durant la campagne électorale, il s’est prononcé sur certaines mesures :

  • Assurance-vie : pour le maintien des avantages fiscaux et successoraux de ce produit. Il propose toutefois l’instauration d’un prélèvement forfaitaire unique de 30 % (prélèvements sociaux inclus) comme référence de la taxation de l’épargne. Pour les sommes déjà versées sur les contrats en cours, les règles fiscales actuelles ne changeront pas. En revanche, les nouveaux contrats et les nouveaux versements effectués après la mise en place de ce prélèvement, , au-delà d’un montant d’encours de 150 000 €,  y seraient soumis.
  • Retraite : pour Emmanuel Macron, la préparation de celle-ci est un enjeu sociétal majeur. Il a pour ambition de permettre à tous les Français de préparer au mieux leur retraite en s’assurant notamment d’un plus large accès aux instruments de retraite complémentaires. Il souhaite également la mise en place progressive d’un système universel de retraite avec pour chaque euro cotisé le même droit à pension pour tous.
  • Impôts / prélèvement à la source :  il doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018. Le 12 mai, le porte-parole d'En Marche a annoncé que le nouveau Président prévoyait un audit en juin pour voir si la mesure "peut être lancée dans de bonnes conditions (...) si ce n'est pas le cas, il y aura report"​.

Ces éléments de programme devront bien entendu faire l'objet d'un débat parlementaire pour pouvoir se concrétiser.

RETOUR AUX ACTUALITÉS